Égypte #3 – Cairo Business

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

J’ai du pain sur la planche au Caire, entre la rencontre des différents contact et la préparation logistique de la suite du voyage.

Je commence par m’annoncer à l’ambassade de Belgique, d’une part, afin de communiquer l’itinéraire que je compte suivre à travers l’Égypte et le Soudan et, d’autre part, afin de réceptionner le matériel médical et l’insuline qui ont été envoyés depuis Bruxelles via la valise diplomatique, tel qu’expliqué dans l’article “Logistique #2 – L’approvisionnement pendant le voyage“. Ce matériel doit couvrir mes besoins sur une distance de près de 4000 km à travers l’Égypte, le Soudan et la première moitié de l’Éthiopie, jusque Addis Abeba, où se trouve la prochaine ambassade de Belgique sur mon parcours.

Ambassador de Cartier in front of the embassy of Belgium in Cairo

La première priorité est de faire parvenir une partie de mes réserves à Assouan, 1000 km plus au sud, afin d’avoir Continue reading “Égypte #3 – Cairo Business”

Egypt #2 – Simon & Tanya

218px-Flag_of_France.svg   Lire cet article en français   218px-Flag_of_France.svg

After a few days spent in a hotel in downtown Cairo, I am invited by Christian and Aurore Pyre, two teachers, to stay in their house. I was put in contact with them through a former colleague of theirs. Besides meeting them, it gives me the opportunity to present Bike with Diabetes in front of a group of children… I’m not sure how that will turn out.

While leaving the hotel with my helmet on my head and struggling with all my gear to move to the Pyre family, a young woman comes up to me in a rush, asking me if I need help and if I’m a cyclist.

I had noticed her, her boyfriend and her mother a couple of days earlier in the lobby of the hotel. My first thought was that they seemed nice. Yet, I didn’t approach them as,… Well, wouldn’t it be awkward if I were to approach everyone who seems nice?

Startled by her question and thinking she was referring to the crazy traffic in Cairo, I answer I am indeed a cyclist, but not so much in Cairo. « Simon! » she calls, « he’s a cyclist too! ». I soon realise Continue reading “Egypt #2 – Simon & Tanya”

Égypte #2 – Simon & Tanya

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Après quelques jours passés dans un hôtel au centre du Caire, je suis invité à m’installer chez deux enseignants, Christian et Aurore Pyre. Nous avons été mis en contact par une amie et ancienne collègue à eux. En plus de les rencontrer, ça me donnera l’occasion de présenter Bike with Diabetes devant une classe… On verra comment je m’en sors.

Alors que je suis en train de quitter l’hôtel pour me rendre chez les Pyre, casque sur la tête et me débattant avec mes bagages, une jeune femme se précipite vers moi, me demandant si j’ai besoin d’aide et si je suis cycliste.

Je les avais remarqués, elle, son compagnon et sa maman quelques jours plus tôt, dans le lobby de l’hôtel. Ma première impression était qu’ils avaient l’air sympathiques. Cela étant, je ne les ai pas abordés, car… ne serait-ce pas étrange d’aborder toutes les personnes qui ont l’air sympathiques ?

Surpris par sa question, et pensant qu’elle faisait référence à la circulation insensée du Caire, je lui réponds que je suis effectivement cycliste, mais que j’évite autant que possible d’être sur mon vélo au Caire. « Simon ! C’est un cycliste aussi ! », Continue reading “Égypte #2 – Simon & Tanya”

Logistics #2 – Getting supplies while on the road

218px-Flag_of_France.svg   Lire cet article en français   218px-Flag_of_France.svg

Type 1 diabetes isn’t the kind of illness I can take a holiday from as it requires multiple injections of insulin every day. This means that I can’t skip my treatment for a few days in case I would fall short on supplies. Yet, counting on local pharmacies to refurnish my stock isn’t an option, since distribution of pharmaceutical products is problematic in most countries I am to cycle through. I hence need, as I explained it in my previous post about the temperature problematic, to organise my own supply chain along my route.

The Pharma Companies

To do so, my first step was to contact the pharmaceutical companies producing the insulin and the medical supplies to ask them if they would agree to support my project, by ensuring access to medical supplies in the different countries I would be cycling through. Bike with Diabetes did raise an interest among some of my interlocutors, and several Continue reading “Logistics #2 – Getting supplies while on the road”

Logistique #2 – L’approvisionnement pendant le voyage

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Le traitement du diabète de type 1 nécessite de multiples injections d’insuline par jour. Je ne peux donc pas mettre mon traitement entre parenthèse si, d’aventure, mes réserves d’insuline venaient à s’épuiser. Or, comme expliqué dans le premier article au sujet des températures, la distribution d’insuline pose problème sur une bonne partie de mon parcours. Les deux contraintes principales auxquelles je suis confronté sont donc la conservation de l’insuline et l’approvisionnement en matériel médical.

Sans garantie quant à la possibilité de pouvoir me fournir pendant le voyage, je dois assurer, avant mon départ, l’organisation d’une logistique qui me permettra de m’approvisionner en chemin.

Les compagnies pharmaceutiques

Afin d’atteindre cet objectif, ma première démarche a été de contacter les entreprises pharmaceutiques productrices d’insuline et de matériel médical afin d’obtenir leur aide. La singularité de Bike with Diabetes a suscité l’intérêt et Continue reading “Logistique #2 – L’approvisionnement pendant le voyage”

Egypt #1 – First days in Egypt

218px-Flag_of_France.svg   Lire cet article en français   218px-Flag_of_France.svg

The traffic in Egypt is crazy. It seems only one rule applies: squeeze into a free space, even if that will block everyone, yourself included.

Cars, minibuses and trucks are old and their exhaust gases envelop the city in a grey smog cloud. Drivers use their horn, not to prevent an accident, but compulsively, probably to check that they are still alive, like one would pinch themselves. Pedestrians nearly all walk on the road, along the sidewalk instead of the sidewalk. It is understandable, given the amount of obstacles one encounters there: shop displays, potholes, parked cars, trees planted in the middle of the pavement, construction wastes, garbage. At every crossroad, the sidewalk itself becomes the obstacle, being sometimes 30 cm high.
The pedestrians walking on the road, and the drivers adapting to that situation, show that the space allocated to cars is disproportionate. I wonder about the number of car accidents that occur per day in Egypt. I am told by a doctor that they happen often but that these are seldom fatal, given the slowness of the circulation. Fair enough, but still…

The Nile Delta is one of the most densely populated places in the world. Its average population density is 2,300 inhabitants per square kilometer over a 24,000 km2 area. That figure explains the crazy traffic. I hence decide to take a train to reach Cairo, situated about 200 kilometers south of Alexandria, as I don’t see myself breathing all those exhaust gasses, and risk an accident while cycling. On my way to the train station, a taxi driver bumps into my trailer in the middle of Continue reading “Egypt #1 – First days in Egypt”

Égypte #1 – Premiers jours en Égypte

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Le trafic automobile en Égypte est insensé. Il n’y a apparemment qu’une seule règle qui s’applique : s’engouffrer dans le moindre espace libre, même si cela engendre un blocage total du carrefour, y compris pour soi-même.

Les voitures, les minibus et les camions sont vieux et leurs gaz d’échappements enveloppent la ville d’un nuage gris. Le conducteurs klaxonnent de manière compulsive, davantage pour s’assurer qu’ils sont encore en vie, comme quelqu’un qui se pincerait, que pour éviter un accident. Les piétons marchent presque tous sur la route, le long du trottoir. C’est tout à fait compréhensible, étant donné le nombre d’obstacle qu’on trouve sur le trottoir : étalages de magasins, trous, véhicules en stationnement, arbres plantés au milieu, déchets de construction, poubelles… À chaque carrefour, le trottoir même, avec une hauteur allant parfois jusqu’à 30 cm, devient un obstacle pour les piétons.
Les piétons marchant sur la route et les automobilistes s’adaptant à cet état de fait, démontre que l’espace attribué au véhicules est disproportionné. Je me demande combien d’accidents ont lieu chaque jour en Égypte. Un médecin me dit qu’il y en a beaucoup, mais que l’issue est rarement fatale étant donné la lenteur de la circulation. Certes, mais tout de même…

Le Delta du Nil est l’une des régions les plus peuplée du monde. La densité de population moyenne y est de 2.300 habitants/km2, ceci sur 24.000 km2. Cet ordre de grandeur explique le trafic insensé. Je décide donc, dans la mesure où je ne me vois pas respirer tous ces gaz d’échappements et risquer un accident, de prendre le train pour atteindre Le Caire, situé à environ 200 kilomètres au sud d’Alexandrie. Sur mon chemin vers la gare, en plein embouteillage, un taxi accroche la remorque. Selon le conducteur, la collision est de ma faute, dans la mesure où Continue reading “Égypte #1 – Premiers jours en Égypte”