Egypt #2 – Simon & Tanya

218px-Flag_of_France.svg   Lire cet article en français   218px-Flag_of_France.svg

After a few days spent in a hotel in downtown Cairo, I am invited by Christian and Aurore Pyre, two teachers, to stay in their house. I was put in contact with them through a former colleague of theirs. Besides meeting them, it gives me the opportunity to present Bike with Diabetes in front of a group of children… I’m not sure how that will turn out.

While leaving the hotel with my helmet on my head and struggling with all my gear to move to the Pyre family, a young woman comes up to me in a rush, asking me if I need help and if I’m a cyclist.

I had noticed her, her boyfriend and her mother a couple of days earlier in the lobby of the hotel. My first thought was that they seemed nice. Yet, I didn’t approach them as,… Well, wouldn’t it be awkward if I were to approach everyone who seems nice?

Startled by her question and thinking she was referring to the crazy traffic in Cairo, I answer I am indeed a cyclist, but not so much in Cairo. « Simon! » she calls, « he’s a cyclist too! ». I soon realise Continue reading “Egypt #2 – Simon & Tanya”

Égypte #2 – Simon & Tanya

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Après quelques jours passés dans un hôtel au centre du Caire, je suis invité à m’installer chez deux enseignants, Christian et Aurore Pyre. Nous avons été mis en contact par une amie et ancienne collègue à eux. En plus de les rencontrer, ça me donnera l’occasion de présenter Bike with Diabetes devant une classe… On verra comment je m’en sors.

Alors que je suis en train de quitter l’hôtel pour me rendre chez les Pyre, casque sur la tête et me débattant avec mes bagages, une jeune femme se précipite vers moi, me demandant si j’ai besoin d’aide et si je suis cycliste.

Je les avais remarqués, elle, son compagnon et sa maman quelques jours plus tôt, dans le lobby de l’hôtel. Ma première impression était qu’ils avaient l’air sympathiques. Cela étant, je ne les ai pas abordés, car… ne serait-ce pas étrange d’aborder toutes les personnes qui ont l’air sympathiques ?

Surpris par sa question, et pensant qu’elle faisait référence à la circulation insensée du Caire, je lui réponds que je suis effectivement cycliste, mais que j’évite autant que possible d’être sur mon vélo au Caire. « Simon ! C’est un cycliste aussi ! », Continue reading “Égypte #2 – Simon & Tanya”

Égypte #1 – Premiers jours en Égypte

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Le trafic automobile en Égypte est insensé. Il n’y a apparemment qu’une seule règle qui s’applique : s’engouffrer dans le moindre espace libre, même si cela engendre un blocage total du carrefour, y compris pour soi-même.

Les voitures, les minibus et les camions sont vieux et leurs gaz d’échappements enveloppent la ville d’un nuage gris. Le conducteurs klaxonnent de manière compulsive, davantage pour s’assurer qu’ils sont encore en vie, comme quelqu’un qui se pincerait, que pour éviter un accident. Les piétons marchent presque tous sur la route, le long du trottoir. C’est tout à fait compréhensible, étant donné le nombre d’obstacle qu’on trouve sur le trottoir : étalages de magasins, trous, véhicules en stationnement, arbres plantés au milieu, déchets de construction, poubelles… À chaque carrefour, le trottoir même, avec une hauteur allant parfois jusqu’à 30 cm, devient un obstacle pour les piétons.
Les piétons marchant sur la route et les automobilistes s’adaptant à cet état de fait, démontre que l’espace attribué au véhicules est disproportionné. Je me demande combien d’accidents ont lieu chaque jour en Égypte. Un médecin me dit qu’il y en a beaucoup, mais que l’issue est rarement fatale étant donné la lenteur de la circulation. Certes, mais tout de même…

Le Delta du Nil est l’une des régions les plus peuplée du monde. La densité de population moyenne y est de 2.300 habitants/km2, ceci sur 24.000 km2. Cet ordre de grandeur explique le trafic insensé. Je décide donc, dans la mesure où je ne me vois pas respirer tous ces gaz d’échappements et risquer un accident, de prendre le train pour atteindre Le Caire, situé à environ 200 kilomètres au sud d’Alexandrie. Sur mon chemin vers la gare, en plein embouteillage, un taxi accroche la remorque. Selon le conducteur, la collision est de ma faute, dans la mesure où Continue reading “Égypte #1 – Premiers jours en Égypte”