Égypte #8 – Il n’y a qu’un seul hôtel à Edfu

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Il ne me reste que 20 kilomètres à parcourir afin d’atteindre Edfu lorsqu’un haut gradé de la police – il a des aigles sur les épaules – m’ordonne, à la nuit tombante, d’embarquer dans un pick-up.

J’ai quitté Louxor trop tard dans la matinée et je me suis arrêté à Tod, un village au sud de Louxor où l’association Live is Beautiful est active dans une école. Kris et Galal, l’un des membres de l’association, m’ont invité à prendre le thé et à rencontrer les enfants qu’ils encadrent.

Arrivé à Edfu, le pick-up s’arrête en face du « Paradise Hotel », à l’entrée de la ville. Je décharge mon matériel et me dirige vers l’entrée, pas vraiment certain que c’est bien là que je souhaite passer la nuit. De manière générale, je me méfie lorsqu’on décide à ma place.

L’officier m’entraîne vers le bureau du gestionnaire de l’hôtel. Celui-ci est assis derrière un bureau couvert de paperasse empilée et d’un cendrier débordant de mégots de cigarettes. Il me donne Continue reading “Égypte #8 – Il n’y a qu’un seul hôtel à Edfu”

Interview #2 – Kris Huybrechts – Live is Beautiful – FR

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

À Luxor, je rencontre Kris Huybrechts, de l’association Live is Beautiful, qui propose des activités parascolaires pour les enfants, ainsi que des soins de santé à Luxor et dans ses villages avoisinants.

En tant qu’organisation médicale encrée localement, Live is Beautiful identifie deux défis majeurs pour les personnes atteintes de diabète dans la région. Le premier concerne le manque de diagnostique et de traitement de la maladie et, le second, est Continue reading “Interview #2 – Kris Huybrechts – Live is Beautiful – FR”

Égypte #7 – Les escortes de police

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

J’ai hâte de profiter d’une journée en solitaire à vélo après l’ambiance pesante du poste de police de Zaafarana. Il est environ 6h45 lorsque mes affaires sont rangées dans mes bagages et chargées sur le vélo. J’enfourche Rafiki et me dirige vers le checkpoint afin d’accéder à la route de Ras Gharib, vers le sud. Au point de contrôle, l’officier d’hier me demande à nouveau d’attendre quelques minutes. Il appelle « le général » à la radio.

J’ai décidé de prendre la route qui longe la mer Rouge, un peu plus longue que celle suivant le Nil, car l’accès à la « route agricole » est restreinte aux touristes et nécessite une escorte policière. Prendre cet itinéraire aurait signifié être escorté par la police depuis Le Caire jusqu’à Qena, soit sur près de 600 kilomètres. Au-delà du fait d’être tout le temps suivi, ces escortes m’auraient aussi empêchées de m’arrêter quand et où je l’aurais souhaité. Elles auraient certainement empêché bon nombre de rencontres tout au long du parcours.

La réponse du général Continue reading “Égypte #7 – Les escortes de police”

Égypte #6 – Le poste de police de Zaafarana

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Il est environ 14h30 lorsque je me fais arrêter au poste de contrôle de Zaafarana. L’officier en charge me demande mon passeport, ma provenance et ma destination. Il prend note des informations dans un journal de bord et me demande d’ouvrir mes sacoches et la remorque pour vérifier leurs contenu. Une fois l’inspection terminée, je me remets sur le vélo pour reprendre la route, mais je suis interrompu dans mon élan. L’officier me dit de charger Bucéphale et Pumba dans un pick-up afin d’être conduit jusque Ras Gharib. J’explique que je ne souhaite pas faire le trajet en voiture, mais à vélo. L’officier me demande d’attendre et appelle « le général » par radio. Après quelques temps, vers 15h30, on m’annonce qu’il est trop tard pour que je puisse encore faire la route à vélo, mais que Continue reading “Égypte #6 – Le poste de police de Zaafarana”

Égypte #5 – L’autoroute

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

Je suis dans le désert, à environ 40 km de Zahraa el Maadi, lorsque je m’arrête pour pique-niquer au bord d’un rond-point. Je suis assis sur une rambarde et regarde passer les camions et voitures qui me saluent de la main et, parfois, me lancent un « Welcome in Egypt ! ». Je les salues également et leur crie un merci en retour. Certains s’arrêtent pour me demander si j’ai besoin d’eau. Je pense à tout le poids que j’ai déjà sur le vélo. Je suis parti ce matin avec 6,5 litres d’eau, et il m’en reste 5 pour deux jours de vélo à travers le désert. J’estime avoir suffisamment de réserve et décline donc leurs dons.

À l’exception de quelques détours mineurs, la route sur laquelle je me trouve, suis presque parallèlement, à quelques centaines de mètres près, l’autoroute. Le trafic, plutôt chargé, est essentiellement composé de camions. Je dois régulièrement rouler sur le bas-côté de la route pour éviter la collision, en particulier lorsque je me fais dépasser, alors qu’un autre véhicule arrive en sens inverse. Il faut alors faire attention à éviter les cailloux, le sable et les amas de détritus divers et variés éparpillés sur la trajectoire.

Il n’y a que deux routes qui vont vers Aïn Sokhna depuis Le Caire : la route nationale que j’ai emprunté depuis ce matin et l’autoroute. Situé en plein désert, le rond-point sur lequel je me trouve relie les bretelles de l’autoroute à la route nationale et à un complexe d’installations industrielles. D’après mes amis cyclistes du Caire, la route la plus rapide et sécurisée pour atteindre Aïn Sokhna, serait l’autoroute. J’ai néanmoins opté pour la route nationale car, en bon cycliste européen que je suis, les autoroutes, ce n’est pas fait pour les cyclistes. Pas parce que c’est interdit, mais parce que les autoroutes sont synonymes de circulation rapide, et qui dit vitesse des véhicules, dit augmentation de la vulnérabilité du cycliste.

Avant de me remettre en route, je vérifie la carte et me rends compte qu’il y a, à quelques centaines de mètres de distances, ainsi qu’à environ 10 km, deux autres sorties et accès rejoignant la route nationale. Je décide donc de tester les conseils de Mohammed, et voici sur quoi je tombe : Continue reading “Égypte #5 – L’autoroute”

Égypte #4 – École Oasis Internationale

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg – Read this article in English – 220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

La sonnette sonne et les enfants accourent de la pleine de jeu à l’entrée du bâtiment. Les classes sont organisées en rangs, formant, ensemble, un carré presque parfait. Face aux enfants, le directeur de l’école et son équipe. L’hymne national égyptien résonne et le drapeau est levé. Après l’hymne, le directeur me présente aux enfants. Il annonce que je passerai Continue reading “Égypte #4 – École Oasis Internationale”

Interview #1 – Dr Ahmed Samy – Ophtalmologue

220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg   Read this post in English   220px-Flag_of_the_United_Kingdom.svg

La première interview que je réalise en Égypte est avec le Dr Ahmed Samy, un ophtalmologue spécialisé en chirurgie laser au « Eye Care Center » de Maadi, au Caire.

En tant qu’ophtalmologue, le Dr Ahmed Samy apporte des éléments d’explication sur la situation du diabète en Égypte, ainsi qu’un regard sur l’une des complications les plus fréquentes liée au diabète : la rétinopathie diabétique.

Facts & Figures

Les principales particularités du diabète en Égypte sont les suivantes : Continue reading “Interview #1 – Dr Ahmed Samy – Ophtalmologue”