The background story – Les origines du projet

ENG – I left Brussels on my bicycle just over a month ago and after a technical stop in Barcelona I will soon reach Marseille to embark on a container ship sailing towards Alexandria, in Egypt. But what is the background story of Bike with Diabetes, you may wonder ? Here is an insight that will give you an idea on how this whole project started. For the ones who don’t know me yet, I should probably start by presenting myself !

My name is Arthur. I was born in Brussels in 1983 and I grew up in Rwanda between 1988 and 1993. During that period, I had the chance to travel with my parents and my brother to neighbouring countries, namely to ex-Zaïre (nowadays Democratic Republic of the Congo – DRC) and Tanzania. During those trips, before the GPS era, we would use the Michelin 746 map, which covered the southern half of Africa. The main towns and villages, roads and dirt roads were, for the most part, represented on the map. Signposts along the road, on the other hand, were more often than not missing and some dirt roads drawn on the map could sometimes have disappeared under the thriving vegetation. We often had to stop to look at the map and make sure we were heading in the right direction. It is during those moments that maps, spread on the hood of the car, started to make me dream of even bigger journeys than I was already experiencing. To me, all those roads led to new adventures !
23192520_10215018989009707_1377042541_o

I remember getting stuck in the mud on dirt roads completely destroyed by trucks during the rainy season. Or that engine brake descent of the volcanic massif situated between Ganjo and Goma in Eastern Congo, because the brakes of the car didn’t work any more ! But the best example to illustrate how useful the Michelin map was, happened in December 1992 on the road towards Bunia, a village located on the west shore of Lake Albert in North Kivu, a province of the DRC. Without the map, we wouldn’t have found our way as the only trace remaining of the road we were driving on was one not wider than the mark left by a bicycle tire. It was the print of teacher who cycled the road once a week. Since the high grasses were covering the track of the bicycle, we had to pay very close attention to where we were driving and had to stop more than once to drive back and find the track again between the bushes. The night had just fallen when we reached Bunia, and the villagers seemed to be rather hostile towards us. They thought we were mercenaries arriving to pillage them (the Armed Forces of ex-Zaïre not being paid any more by the government, they didn’t hesitate to pillage the population they were supposed to protect). A group of men gathered around the car. A stone was thrown. Then a second one and others… Luckily, the cycling teacher came out of the crowd to calm the spirits down. After a few minutes of discussion with him, he invited us to spend the night in the school of the village. Both the villagers and ourselves got more scared than harmed after all !
23192056_10215018983689574_1218854710_o

Several months later, we found the teacher from Bunia in front of our house in Kigali. He had cycled nearly 750 km – in suit and tie if you please – on a single speed bicycle, through a war zone area, in a region known for it’s hilly landscape. All this in the hope of obtaining a financial support for his school. That image, as well as many others, is enough to make a deep impression on a 9 year old boy !

IMG_20170825_144114
Back in Belgium, I was diagnosed with Type 1 Diabetes in April 1994. I was 11 years old at the time and was hospitalised during one week in the paediatric hospital of Brussels in which children from Rwanda were also hospitalised. They had been evacuated from a hospital in Kigali as the genocide in Rwanda was taking place since a couple of weeks already. Most of them had poliomyelitis.

Since then, more than 20 years have passed and nothing really distinguishes me from another diabetic patient. I regularly go to the doctor. I adapt my treatment day by day. When I go on holiday I make sure I leave with enough insulin and medical supplies to cover my needs while being abroad… As I said, nothing exceptional after 20 years of diabetes.

This said, such a logistical constraint (keeping the insulin at a controlled temperature, the volume, the weight, the administrative hassle at border controls or when needing supplies abroad, etc…) isn’t always easy to manage, even for an experienced diabetic.
More than 20 years later, my dreams of travels are still there and, looking back, the initiative of the teacher impresses me even more than when I was a kid. 750 km in suit and tie, in a a war zone… Keeping the dream alive or giving it an actual life ? That was the question I asked myself about 18 months ago. I decided to give it a life and have since then been working and preparing my cycling journey from Brussels to Cape Town.

Three elements are at the base of my enterprise.

1) First of all, a personal quest linked to my childhood in Rwanda, motor of my motivation and warranty of my will to reach my goals.

2) Next, a question asked by a diabetic on a travel forum : she was asking, after several years of diabetes, if she was allowed to take the plane. That question left a mark on me as that young woman had restrained her movements, her social life and her dreams as she didn’t dare to take a plane or cross a border, too afraid to get her medical supplies confiscated at the luggage control. I hope my endeavour will show diabetics, but also patients with other chronic illnesses, that the boundaries of what is possible can somewhat be extended if one prepares and takes the necessary measures.

3) And last but not least, I would like to reflect on the teacher of Bunia, by raising funds for healthcare and education organisations of the countries I’ll cycle through. I will also try to meet with doctors, patients and local organisations to interview them about the constraints they have to face in the treatment of (their) diabetes, but also about the initiatives that have been or are being developed to improve the situation of people with diabetes.

The main difficulties I will have to face during my journey will be logistical, physical and psychological. Indeed, when travelling on a bicycle the volume and the weight you can take with you is limited. I can hence only bring a limited amount of things with me and the conservation of insulin may, at times, become a hassle due to the high temperatures I will have to cycle through (insulin has to be kept at a controlled temperature). As to the physical challenge, I don’t expect the crossing of the desert or the ascension of the Ethiopian mountains to be a bed of roses. Yet, the sceneries I’ll see and the people I’ll get to meet will, I hope so, quickly make for the thirst and the cramps in my legs ! And when the body is at harm, moral sometimes struggles too. I can hence easily imagine that this journey will not only be joy and felicity. I will have to face difficult and painful moments. I’ll most probably feel lonely, but I’m convinced that, in the end, I’ll come strengthened out of this adventure !

Yet, that adventure can only happen if I get enough support from all of you. Be it by following Bike with Diabetes on its different platforms, by sharing those platforms with your family, friends and colleagues, by posting a message of support or by helping financially.

To support Bike with Diabetes, you may transfer the amount of your choice on the bank account of the Belgian Diabetes Association through a regular bank transfer or through an online payment via PayPal.

REGULAR BANK TRANSFER :
Association Belge du Diabete ASBL
Place Homere Goossens 1
1180 Uccle
BE 55 7360 3230 8744
BIC : KREDBEBB
COMMUNICATION : Donation Bike with Diabetes

PAYPAL TRANSFER :

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=D9Y7LU4NAXRGQ 

In both cases the ABD will send you a donation invoice for amounts superior or equal to 40€ (beware that PayPal transfer fees apply). The invoice you will receive from the ABD is valid in all EU member states, UK included).

The drawings illustrating my memories were drawn by Cristina Bueno. For more drawings by Cristina and to follow her online, you may go here http://www.cristinabueno.com/ or here https://www.instagram.com/cristinabuenoa/ 


FR – Cela fait un peu plus d’un mois que j’ai quitté Bruxelles à vélo et après une escale technique à Barcelone, j’atteindrai prochainement Marseille où j’embarquerai sur un bateau cargo ayant pour destination Alexandrie, en Égypte. Mais comment en suis-je arrivé à développer un tel projet vous demandez-vous peut-être ? Voici quelques explications qui vous permettront de comprendre comment le projet est né. Pour ceux qui ne me connaissent pas encore, je devrais peut-être commencer par me présenter !

Je m’appelle Arthur. Je suis né à Bruxelles en 1983 et j’ai grandi au Rwanda entre 1988 et 1993. Durant cette période, j’ai eu la chance de voyager avec mes parents et mon frère dans les pays limitrophes, notamment en ex-Zaïre (actuellement République Démocratique du Congo – RDC). Lors de ces voyages, avant l’ère du GPS, nous avions toujours avec nous la carte Michelin 746 correspondant à la partie australe de l’Afrique et qui reprenait les routes, les pistes, les villes et les villages principaux. En revanche, les panneaux d’indications le long des pistes faisaient souvent défaut, certaines pistes se faisaient parfois envahir par la végétation et d’autres n’étaient pas reprise sur la carte. Nous devions donc régulièrement nous arrêter pour vérifier que nous étions sur la bonne route. C’est lors de ces voyages que les cartes, en tant qu’objet, étalées sur le capot de la voiture, ont commencé à me faire rêver de voyages plus grands encore. Pour moi, toutes les pistes représentées sur la carte étaient synonymes de nouvelles aventures.

23192520_10215018989009707_1377042541_o

L’exemple le plus parlant pour illustrer l’utilité de la carte Michelin se déroula en décembre 1992, sur la piste menant à Bunia, un village situé aux abords du lac Albert dans le Nord Kivu, en RDC. Sans la carte, nous ne l’aurions jamais trouvée. La seule trace qui en restait avait la largeur d’un pneu de bicyclette. C’était l’empreinte laissée par un enseignant qui faisait le trajet une fois par semaine à vélo. Les herbes hautes prenant souvent le dessus sur ce qu’il restait de la piste, nous devions attentivement observer les sous-bois et parfois rebrousser chemin pour retrouver la trace du vélo. Lorsque nous sommes arrivés au village la nuit venait de tomber et l’accueil réservé par les villageois fut plutôt hostile. Ceux-ci nous prenaient pour des mercenaires venu les piller (les forces armées de l’ex-Zaïre n’étant plus payées par l’État, celles-ci ne se gênaient pas pour piller la population qu’elles étaient censées protéger). Un attroupement se forma autour de la voiture. Une première pierre fut jetée, puis une seconde, puis d’autres encore… Heureusement, l’enseignant à la bicyclette sorti de la foule et intervint pour calmer les esprits. Après discussion, il nous invita à passer la nuit dans une des classes de l’école. Plus de peur que de mal, tant pour les villageois que pour nous-mêmes !

23192056_10215018983689574_1218854710_o

Plusieurs mois plus tard, nous avons retrouvé l’enseignant du village de Bunia devant notre maison à Kigali. Il avait parcourus près de 750 km à vélo – en costume cravate, s’il vous-plaît – sur un vélo avec une seule vitesse, dans une région en guerre et dont le relief est connu pour ses mille collines. Tout cela dans l’espoir d’obtenir une aide financière pour son école. Cette image, au même titre que bien d’autres, a de quoi marquer un gamin de 9 ans !

IMG_20170825_144114

De retour en Belgique, j’ai été diagnostiqué diabétique de type I en avril 1994. J’avais 11 ans et fus hospitalisé durant une semaine à l’hôpital pédiatrique de Bruxelles, où des enfants rwandais étaient également hospitalisés. Ils avaient été évacués d’un hôpital de Kigali suite au génocide qui avait commencé quelques semaines plus tôt. Ils étaient, pour la plupart, atteints de poliomyélite.

Depuis-lors, plus de vingt ans se sont écoulés et, somme toute, rien ne me distingue vraiment d’un autre diabétique. Je consulte régulièrement mon médecin. J’adapte mon traitement au jour le jour. Et lorsque je pars en vacances, je prévois les quantités d’insulines et de consommables dont j’aurai besoin pour la durée du séjour à l’étranger… Bref, rien de bien exceptionnel.

Cela étant, mes rêves de voyages sont toujours là et la démarche de l’enseignant, avec le recul, m’impressionne encore plus qu’avant. 750 km en costume-cravate, dans un pays en guerre… Continuer à rêver, ou donner vie au rêve ? C’est la question que je me suis posée il y a 16 mois. J’ai décidé de lui donner vie et je m’attelle depuis-lors à la préparation du périple à vélo qui m’amènera de Bruxelles à Cape Town.

Trois éléments sont à la base de mon entreprise.

1) Tout d’abord, il y a une quête personnelle liée à mon enfance passée en Afrique, motrice de ma motivation et garante de ma volonté d’atteindre mes objectifs.

2) Ensuite, il y a une question posée par une diabétique sur un forum de voyage : elle se demandait, après plusieurs années de diabète, si elle était autorisée à prendre l’avion. Cette question m’a marqué car cette jeune femme avait, jusque là, limité ses déplacements, sa vie sociale et ses rêves, de peur de se faire confisquer son matériel médical au contrôle des bagages. J’espère donc que le récit du mon voyage pourra montrer à d’autres diabétiques, mais aussi aux patients d’autres maladies chroniques, que l’horizon des possibles peut être élargi en se préparant et en prenant les mesures nécessaires.

3) Enfin, je souhaiterais, à l’image de l’enseignant de Bunia, récolter des fonds pour des associations et des projets liés à la santé et à l’enseignement dans les pays que je traverserai. Je tenterai de rencontrer et d’interviewer des médecins, des patients et des associations sur les difficultés auxquelles ils doivent faire face dans le traitement du (de leur) diabète, mais également sur les initiatives qu’ils mènent afin d’améliorer la situation.

Les difficultés principales auxquelles je serai confronté durant mon périple seront d’ordre logistiques, physique et psychologique. En effet, lorsqu’on voyage à vélo, le volume et le poids que l’on peut emporter avec soi sont comptés. Je ne pourrai emmener qu’une quantité limitée de bagages avec moi et la conservation des insulines à température contrôlée risque, par moment, d’être assez compliquée à gérer étant donné les températures parfois élevées auxquelles je serai soumis. Pour ce qui est du défi physique, je ne m’attends pas à ce que la traversée du désert ou l’ascension des montagnes d’Éthiopie soient une partie de pur plaisir. Par contre, les paysages et les rencontres que je ferrai effaceront bien rapidement, je l’espère, ma soif et mes crampes ! Enfin, quand le corps souffre, le moral a parfois du mal à suivre. Je peux donc facilement imaginer que ce voyage ne sera pas que joie et allégresse. Je vais passer par des moments difficiles et pénibles. Je souffrirai de solitude. Mais je suis persuadé qu’au final, je ressortirai grandi de cette aventure !

Cela étant, cette aventure ne pourra être réalisée que si j’obtiens un votre soutien. Que ce soit par une aide financière, en suivant Bike with Diabetes sur les réseaux sociaux, en diffusant le message auprès de vos proches, de vos amis, de vos collègues.

Pour soutenir Bike with Diabetes et ainsi permettre la réalisation du projet, vous pouvez verser le montant de votre choix sur le compte de l’Association Belge du Diabète par virement bancaire ou par paiement en ligne :

VIREMENT BANCAIRE :
Association Belge du Diabete ASBL
Place Homere Goossens 1
1180 Uccle
BE 55 7360 3230 8744
BIC : KREDBEBB
COMMUNICATION : Don Bike with Diabetes

PAIEMENT EN LIGNE :

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=D9Y7LU4NAXRGQ 

Dans les deux cas, à partir de 40€, l’ABD vous fera parvenir une attestation de don que vous pourrez joindre à votre prochaine déclaration fiscale. Cette attestation est valable dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne (Grande-Bretagne comprise).

Les dessins illustrant mes souvenirs ont été réalisés par Cristina Bueno. Pour plus de dessins de Cristina ou pour la suivre en ligne, vous pouvez vous rendre ici http://www.cristinabueno.com/ ou ici https://www.instagram.com/cristinabuenoa/

4 thoughts on “The background story – Les origines du projet

  1. On attend avec impatience le gramd départ et de belles histoires de tes aventures! Bises et bonne chance.

    Liked by 1 person

    1. Merci Elisabeth ! Je suis également impatient d’embarquer sur le navire. D’après ce qu’on m’a dit, il contiendrait 2.300 containers, ce qui, théoriquement, pourrait correspondre à une file de camion de plus de 35 km !!

      Like

  2. Cristina Bueno résume en un raccourci saisissant ton souvenir de “gamin de 9 ans” : la trace d’un vélo à la lueur des phares à la nuit tombante … inscrite dans la silhouette du gamin photographié avec l’enseignant de Bunia.
    Vas-y Arthur ! Je comprends la force qui t’habite.

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s